navigation

Quand tout le monde en parlait… 10 juillet, 2006

Posté par thinkblog dans : Non classé , trackback

26420805_Big[1].jpg Samedi 8 juillet, s’est clos le dernier show politiquement incorrecte du PAF (paysage audio-visuel français) Après 8 ans de bons et loyaux services rendus à l’impertinence, Tout le Monde en Parle (TLMP) l’une des émissions phares du service public n’est plus. Autopsie d’un gachis.

Thierry Ardisson (T.A), animateur vedette et producteur de talent (sa société s’appelle Tout Sur l’Ecran) est un des poids lourd du PAF. Il travaillait depuis 8 ans sur France 2 et depuis 4 ans sur Paris Première (PP) comme animateur (Rive Droite Rive Gauche une des meilleures émissions culturelles du PAF disparue depuis et surtout 93 Faubourg St Honoré depuis 2 ans, concept du dîner entre copain poussé a fond) et producteur (Paris Dernière, une référence en terme de magazine).

Mais depuis la récente arrivée de Patrick de Carolis à la présidence de France Télévision, la « double vie » de l’animateur producteur dérangeait. Lors du dernier mercato (le marché des animateurs producteurs), il a été demandé à T.A de choisir entre ces activités de services publics et son travail sur PP. Il est vrai que depuis la rentrée, l’animateur s’était mis en avant dans la promotion de la chaîne parisienne. Du point de vue du président de France Télévision il semble probable que T.A ait été perçu comme un homme volage, marié à France 2 mais la trompant ouvertement. Au final Thierry a choisi la maitresse. Il reste sur PP et stoppe ses activités d’ animateur sur France 2, et donc la diffusion de son émission déjà culte : Tout Le Monde en Parle (TLMP).

En l’obligeant à choisir, le nouveau président de France Télévision, Patrick de Carolis a fait 2 erreurs. La première, il se prive d’une des meilleurs audiences de la chaîne, la seconde et non la moindre, il prive la chaîne d’une vraie émission de service public.

TLMP c’était un concept fort qui n’avait pas vieilli en 8 ans d’exercice. Une idée simple, basée sur des interviews décalées et pertinentes servies par un animateur charismatique. inviter des personnes qui ont une actualité pour parler de tout et de rien autour d’une table, un talk show différent. Simple mais efficace.

Dans son émission, il a été reproché à TA de tout mélanger : sexe politique, comédie, sérieux, irrévérence, people… C’était vrai et c’était un plus.

Quand tout le monde en parlait, on pouvait rire de tout grâce aux nombreux comiques souvent présent dès le début de l’émission et au talent du sniper Baffie. Son plus beau coup, de l’aveu même de l’intéressé reste sa réplique à Nadine de Rothschild. Celle-ci était venue faire la promotion de son livre sur les bonnes manières. Baffie lui avait alors décoché un mémorable « est-ce que saucer c’est tromper ? »

Quand tout le monde en parlait, on pouvait aussi pleurer. Parfois, il invitait, à froid, en première invité, des hommes et des femmes que la vie avait cassé, souvent victime d’injustice et qui surtout n’avait jamais eu l’occasion de croiser un plateau de TV. Je me souviens notamment d’une femme dont le mari, journaliste en Irak avait disparu lors d’une embuscade. Cette femme voulait seulement que le gouvernement francais lui donne des nouvelles de son mari. Elle avait craqué sur le plateau et Thierry avait également eu les larmes aux yeux. C’était sincère, on était à des années lumières des larmes reptiliennes de Bataille et Fontaine…Un autre souvenir me revient en mémoire, c’était avec la sœur de la fille qui avait péri brulée en banlieue parisienne pour seul motif qu’elle ne voulait pas céder aux avances de son meurtrier. Son histoire était édifiante et avait touché tout le monde . Quand la jeune fille avait fondu en larme, Thierry s’était déplacé pour la prendre dans ses bras sans pathos, par pure empathie.

Quand tout le monde en parlait, on pouvait réfléchir et s’intérogeait sur les grandes problématiques actuelles, comme quand Emmanuel Todd était venu dire que selon lui les Etats-Unis n’étaient qu’un colosse aux pieds d’argile et que toutes leurs peurs, leur politique étrangère agressive et leur repli national annonçaient leurs déclin ; où quand un pro-israélien et un pro-palestinien discutaient ensemble d’un état palestinien et des frontières qu’il fallait lui donner.

T.A savait écoutait aussi bien les petits que les grands. Tout TLMP était construit sur une conviction simple : rien n’était plus important que le liberté d’expression. Il citait souvent Voltaire : « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrait pour que vous puissiez le dire ». C’est ainsi qu’en 8 ans, TLMP a vu passer des gens aussi décriés que Marine Le pen, Tarik Ramadan, la famille de Moussaoui, Marc Edouard Nabe ou Dieudonné. De son aveux même samedi dernier seul
Thierry Mercier, (auteur de la fausse polémique sur le vrai-faux crash d’un avion sur le pentagone lors des attentats du 11 septembre) était une erreur. En 8 ans , cette liberté d’expression n’a jamais faibli et beaucoup de « personna non grata » ont pu avoir une tribune dans Tout Le Monde en Parle.

Les stars, les peoples et néanmoins amis, n’étaient jamais les mêmes selon que Thierry était ange ou démon. Confrontés tantôt à l’ardiview, à l’anti portatrit chinois, à l’interview fils de…, ou à l’interview dernier coup, ils se révélaient bien plus que partout ailleurs. Pour l’animateur, la règle du jeu était simple, connaître toujours le plus de choses sur ces invités surtout ce qu’ils auraient voulu garder secret, et il exultait lorsque ceux-ci réellement stupéfait par l’animateur, finissait par lui demander, « mais comment vous savez tout ça ? ». Lorsque Michèle Bernier, samedi dernier, lui a demandé « Allez Thierry, tu peux nous le dire maintenant, comment tu sais tout ça ? ». L’animateur a esquissé un petit sourire et a répondu : « Parce que je travaille et parce que ceux qui travaillent pour moi sont bons » signifiant à la fois que tout le monde peut le faire, mais aussi qu’il est le meilleur pour le faire.

Un autre reproche souvent fait à TLMP était de ridiculiser les politiques. Le désormais célèbre « est-ce-que sucer c’est tromper ? » posé à Michel Rocard a fait beaucoup en ce sens. Pour ma part je pense que l’homme politique est un homme comme les autres et que lorsqu’il met sa fonction entre parenthèse dans une émission de divertissement, il est normal qu’il soit interrogé comme n’importe quel autre invité. Chez un politique, seule la fonction est remarquable, l’ homme n’en est que la représentation. A TLMP tout le monde était traité de la même façon et selon le bon vouloir de son animateur. Car dans TLMP tout était toujours possible et les dérapages ont été nombreux. TA prenait un malin plaisir à malmener ses invités. Casser leurs images lisses ou encore les pousser dans leur derniers retranchements en appuyant là ou ça fait mal. Nombreux sont ceux qui n’ont pas supportés, certains sont partis en cours d’émission, d’autres ont fait savoir après l’enregistrement qu’il n’avait pas aimé la manière dont TA avait mené l’interview ou le choix de ce qui avait été fait au montage. La plupart du temps, pour TA, c’était une victoire. A TLMP ses interviews étaient construites comme un match de boxe.

Le dernier reproche souvent fait à TLMP concernait le montage. Il aurait fallu selon certains que cette émission se fasse en direct. Premièrement il faut savoir qu’un enregistrement de TLMP pouvait durer 8 heures et qu’il était impossible de garder un tel temps d’antenne de manière hebdomadaire. Mais il ya aussi un réponse plus commerciale. Thierry est un showman. Que ce soit dans Lunettes Noires pour Nuits blanches ou dans ces anciennes émissions, c’est lui qui fait le show, autrement dit, il donne toujours le meilleur de lui mm et le meilleur de l’émission et ne laisse rien au hasard.Il y a donc forcément un tri à faire . Un tri subjectif c’est sûr, mais un tri qui donne au produit fini encore plus de valeur.

Samedi 8 juillet c’était la dernière de TLMP et l’homme en noir ne fera plus retentir son célèbre sampler. Pour ma part je me souviendrais longtemps d’un personnage fantasque qui a débarqué sur le plateau de TLMP avec une perruque blonde et un costme de film de cape et d’épée. C’était un écrivain, complétement barré et complétement génial, une sorte de Georges Bataille moderne, la provoc en plus : c’était Guillaume Dustand. Je ne l’ai jamais vu ailleurs que chez Thierry, car lui seul était capable de l’inviter.

J’aimais cette émission parce qu’elle était à l’image de son animateur, ambivalente et humaine, à la fois catho et échangiste, royaliste et libérale, ange et démon, culturelle et vendeuse. La création d’un homme qui avait fait une émission à son image.
Rideau Serge.

Commentaires»

  1. Excellent ton article ! Moi aussi je suis bien deg que TLMP s’arrête ! Maintenant le revoir sur C+ on verra ce que ça donnera mais vu à l’heure où il va être retransmis ça risque d’être sage comme émission.

    Sinon comme tu parles de TV, je me permets juste de faire ma pub (si tu me l’autorises) pour mon blog sur la TV : où je parle de tout ce qui a disparu de notre télé en représentant certaines émissions, je post également quelques news médias que je trouve intéressante à donner et également je proposerai des débats sur des thèmes liés à la télévision.

    Merci de venir visiter et participer au blog : http://annuairetv.unblog.fr/

    Encore Merci !

Laisser un commentaire

sidi yahya gharb nws |
Les Experts Manhattan, Miam... |
carrosserieautopro |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Dipersés... fRaNce aMéRIqUe...
| kakaluigi
| madame dousse